Caractéristiques - enfancejeunesse

Les CARACTÉRISTIQUES de l’éducation non formelle

Base volontaire

La participation aux activités et projets des institutions de l’éducation non formelle se fait sur une base volontaire.

Si pour les jeunes enfants, ce sont les parents qui décident d’accepter ou non l’offre, cet aspect revêt davantage d’importance pour les adolescents, car c’est essentiellement à eux que revient cette décision. Cela accroîtra leur motivation intrinsèque et leur volonté de participation.

Ouverture

En fonction de la composition du groupe, de l’équipe, des circonstances locales et des réflexions conceptuelles, c’est la structure ou le gestionnaire responsable d’une institution non formelle qui décide de la mise en œuvre concrète des objectifs pédagogiques.

L’ouverture à l’égard des enfants et des jeunes et de leurs besoins donne naissance à une multitude de modèles conceptuels de base.

En sus de cette ouverture en matière d’objectifs et de méthodologie, l’ouverture comme principe de travail signifie que les crèches, mini-crèches, maisons relais ou maisons de jeunes s’ouvrent vers l’extérieur, c’est-à-dire qu’elles cherchent, entre autres, à échanger avec les autres organisations et institutions.

Retour vers le haut

Participation

La co-responsabilité et la co-décision sont tant des objectifs du travail avec les enfants et les jeunes que des principes méthodologiques fondamentaux.

On peut établir une distinction entre les différents degrés de participation et entre les différents modèles de participation (par ex. formes parlementaires, formes ouvertes et formes de participation orientées vers le projet).

Même si le choix des formes de participation dépend des enfants et des jeunes ainsi que des intérêts, besoins et conditions sur place, le principe d’impliquer les enfants et les jeunes dans le processus de décision et non seulement dans la réalisation demeure une caractéristique fondamentale de l’éducation non formelle.

Les enfants et les jeunes sont vus comme des participants à leurs processus éducatifs, au sens de co-constructeurs de celui-ci.

Retour vers le haut

Orientation vers la personne

Les méthodes et objectifs de l’éducation non formelle sont déterminés en fonction des enfants et jeunes et adaptés dans la mesure du possible à leurs besoins et intérêts. Cette adaptation peut entraîner divers changements non seulement dans la planification, mais également dans le déroulement de la journée, dans le sens que de nouvelles priorités sont établies.

Toutes sortes d’occasions et de points d’intérêt sont exploités afin de soutenir les processus éducatifs.

La pédagogie de l’éducation non formelle se base sur le quotidien et l’environnement des enfants et des jeunes et s’emploie à donner des impulsions éducatives pertinentes tant au niveau de leur parcours que dudit environnement.

Retour vers le haut

Apprentissage par l’exploration

L’action concrète et l’apprentissage par la recherche sont à l’avant-plan de l’éducation non formelle, devant l’apprentissage de connaissances théoriques. D’après le principe selon lequel « l’éducation est une découverte avec tous les sens », les dimensions affective et pratique de l’apprentissage sont mises en exergue, en plus de la dimension cognitive.

L’objectif est de donner aux enfants et aux jeunes la possibilité d’essayer et d’expérimenter dans des domaines qui leur sont peu familiers et ainsi, à travers « l’expérience de succès insoupçonnés », celle de développer de nouvelles capacités et de la confiance en soi.

L’apprentissage par l’exploration dans l’éducation non formelle signifie qu’il existe un espace libre au sein duquel les expériences sont autorisées et les erreurs et fausses pistes bienvenues, car elles font partie du processus d’apprentissage.

Retour vers le haut

Orientation vers le processus

Dans l’éducation non formelle, l’assimilation de connaissances et de capacités n’a pas une fin prédéfinie ; c’est plutôt le processus qui prévaut, en fonction de la personnalité de chacun.

À cet égard, l’acquisition de compétences ne doit pas être vue comme un produit final : la voie individuelle de l’apprentissage, ainsi que le fait d’assimiler et d’engranger des expériences sont tout aussi importants.

L’expérimentation, l’exploration et le questionnement des enfants et des jeunes sont soutenus et encouragés.

Retour vers le haut

Apprentissage en partenariat

L’apprentissage non formel utilise de manière ciblée des méthodes de coopération actives et implique des processus relevant de la dynamique de groupe. Les expériences de groupe stimulent les capacités et aptitudes sociales et apportent un réel soutien dans le domaine de la compétence sociale, essentiel pour l’éducation non formelle.

Puisqu’elle met la priorité sur la coopération et le travail d’équipe, l’éducation non formelle peut se définir comme le fait d’apprendre des autres et avec les autres.

Retour vers le haut

Relation et dialogue

Dans le cadre du travail avec les enfants et les jeunes, les pédagogues représentent d’importantes personnes de référence, qui sont chargées de créer un climat de communication ouverte, mais aussi de respect et d’estime.

Même si la situation varie en fonction de l’âge des enfants et des jeunes, les relations entre ces derniers et leurs personnes de référence adultes demeurent d’importants critères de qualité dans le contexte de la promotion du développement et du soutien aux jeunes. Seule une relation de confiance permettra d’installer une atmosphère détendue et propice à l’apprentissage dans laquelle les intérêts des enfants et des jeunes seront pris en compte et leur développement individuel encouragé.

Le travail relationnel au sein de l’éducation non formelle exige un dialogue continu et une écoute active.

Retour vers le haut

Autonomie et efficacité personnelle

Un des objectifs centraux de l’éducation non formelle est de permettre aux enfants et aux jeunes de faire l’expérience de l’autodétermination et de l’efficacité personnelle.

Les diverses possibilités d’agir de manière active et autonome permettent de développer, d’expérimenter et d’utiliser des compétences de gestion de problèmes. La capacité à résoudre les problèmes et la confiance en son efficacité personnelle sont considérées comme des facteurs essentiels, notamment pour le développement de la résilience, et encouragent les enfants et les jeunes à contribuer activement à la gestion du stress et des différents défis qui se posent à eux.

La notion d’« empowerment » est souvent utilisée à cet égard dans l’éducation non formelle ; elle se réfère aux mesures visant à renforcer l’autodétermination et l’autonomie d’un individu.

Retour vers le haut