En détail

Nous savons que la parole est indispensable au développement de sa vie psychique. Mais elle peut aussi porter atteinte à la personne de l’enfant en devenir qu’elle lui soit adressée ou qu’il l’entende « au-dessus » de sa tête. La réflexion portera sur l’impact des mots eux-mêmes, mais aussi la tonalité de la voix, l’expression du visage, les mouvements du corps et l’intentionnalité qui les accompagnent.
Comment la parole peut elle soutenir la relation enfant-adulte pendant les soins et l’activité autonome de l’enfant pendant les temps de jeux.

Objectifs

· Réfléchir au rôle des paroles adressées à l’enfant dans la construction de l’image de soi
· Prendre conscience de l’influence des attitudes des adultes sur la façon dont l’enfant se perçoit lui-même et se construit.
· Prendre conscience de l’impact, sur l’enfant, des paroles qui lui sont adressées ou de celles qui le concernent sans lui être adressées, pour réajuster les pratiques et améliorer les attitudes professionnelles.

Contenu

· La notion d’image de soi qui se constitue à partir des connaissances que l’enfant acquiert de lui-même et des appréciations et acceptations portées sur ses capacités et faiblesses.

· Le rôle de la communication gestuelle et verbale dans la prise de conscience de soi :

– comment les paroles de l’adulte peuvent avoir une influence plus ou moins positive sur la façon dont l’enfant se perçoit lui-même et se construit physiquement et psychiquement

– comment l’enfant se construit-il une bonne image de soi, et comment acquiert-il confiance en lui au travers des échanges gestuels et verbaux avec l’adulte qui prend soin de lui (pendant les repas, les changes, les soins corporels et les temps de jeux).

· Les paroles de l’adulte :

– La tonalité des paroles : comment dire ? Avec quel ton de voix ?
– Le contenu des paroles : qu’est-ce qu’on dit ? Pour dire quoi ?
– Comment maintenir une dynamique positive basée sur une relation de réelle confiance ?

· La négociation avec l’enfant : des règles clairement posées et réfléchies en équipe permettent de définir ce qui est négociable avec l’enfant.

Comment être ferme tout en se laissant influencer par l’enfant pour le constituer comme un réel partenaire dans la relation.

· La question de l’anticipation :

– prévenir l’enfant, c’est lui permettre d’anticiper
– permettre à l’enfant d’anticiper sur les événements qui le concernent, c’est lui permettre

de participer au cours des soins, d’agir sur son environnement et d’être acteur de son développement.