En détail

Au-delà de sa fonction nutritive, manger est un acte relationnel et de construction de soi. La cuisine (tout comme les aliments et les manières de table) est un véritable langage social et individuel, une façon d’installer le plaisir d’être ensemble. Une alimentation saine, variée et équilibrée est indispensable.
Mais comment s’y prennent les adultes pour faire manger les enfants ? Est-ce un moment de fête, de découverte ou une lutte de pouvoir. Le temps, les lieux où l’on mange, le nombre d’enfants, la présence d’autres personnes permettent-ils de rester bienveillants au moment du repas et de créer un climat serein autour de la nourriture ?

Ce module vise le champ « des métiers de l’accueil d’enfants » et y aborde les éléments suivants :
Les aspects psychologiques de l’alimentation ;
Importance du contexte relationnel lors des repas ;
L’aspect affectif et socioculturel de la nourriture ;
La place des émotions dans l’éducation de jeunes enfants ;
Certains comportements d’enfants qui posent problème (pleurs, colères, refus, vomissement…) ;
Le développement général de l’enfant ;
Les automatismes de contrôle ;
L’histoire des pratiques éducatives pour faire manger l’enfant ;
Les interdits alimentaires suivant la culture ou les religions ;
Les aménagements matériels et de l’espace pour manger « à son rythme » ;
Les demandes des parents (diversité des familles).

Objectifs et compétences à acquérir
Comprendre, accepter et accompagner l’émotion chez les jeunes enfants pendant les repas ;
Faire des repas de réels moments de plaisir et de partage ;
Modifier nos représentations du rapport de l’enfant à la nourriture ;
S’interroger sur les motifs des refus de manger ou le « gavage » des enfants ;
Réfléchir aux risques de surpoids et d’obésité des enfants (santé publique) ;
Prendre conscience des émotions personnelles qui émergent dans les situations professionnelles, en particulier lors des repas où l’enfant refuse de manger ;
Ajuster les réponses des professionnel(le)s et respecter l’enfant ;
Préciser quelle est la place du projet d’accueil dans la pratique quotidienne au niveau des repas ;
Donner aux participant(e)s un lieu et un temps pour prendre du recul et s’interroger par rapport à leur fonctionnement personnel et à leur pratique quotidienne ;
Susciter des envies ou des besoins d’améliorer ces moments.

Formation validée pour 12 heures par la commission formation continue (loi modifiée sur la jeunesse).